Tarceva Imprimer

Télécharger la fiche de ce médicament

Effets secondaires possibles sur votre chimiothérapie

Les médicaments de chimiothérapie que vous avez reçus peuvent être responsables d’effets secondaires qui leur sont propres. Voici la liste des principaux effets secondaires possibles (mais pas obligatoires !) que vous risquez de rencontrer avec votre protocole de chimiothérapie ainsi que quelques conseils pour y faire face.

Pour avoir l’intégralité des effets secondaires, adressez vous à votre médecin référent qui vous remettra une copie de la notice du produit.

Les médicaments de chimiothérapie que vous avez reçus peuvent être responsables d’effets secondaires qui leur sont propres. Voici la liste des principaux effets secondaires possibles (mais pas obligatoires!) que vous risquez de rencontrer avec votre protocole de chimiothérapie ainsi que quelques conseils pour y faire face.

Pour avoir l’intégralité des effets secondaires, adressez vous à votre médecin référent qui vous remettra une copie de la notice du produit.

Protocole de traitement : Tarceva (Elotinib)

Ce produit est surtout utilisé dans les tumeurs broncho-pulmonaires

  • Toxicité cutanée : assez fréquemment et en quelques semaines, d’intensité variable, apparaît sur les régions découvertes (visages, mains, bras) une éruption de type acné. Il existe un traitement local assez efficace, que votre médecin mettra en route à l’apparition des premières lésions cutanées, permettant de diminuer l’intensité des symptômes.
  • Une surveillance de votre fonction hépatique vous sera demandée par votre médecin: en effet, ce produit présente une toxicité sur le foie, d’autant plus s’il existe une pathologie préexistante. Pour palier à ce risque, une prise de sang vous sera prescrite afin de suivre régulièrement vos transaminases.
  • Rare cas de toxicité pulmonaire : le Tarceva peut, dans quelques cas, être toxique pour le tissu pulmonaire et provoquer une fibrose, c’est à dire, un épaississement. Si vous notez l’apparition de signes respiratoires, essoufflement, toux, fièvre, il faut en parler avec votre médecin.
  • Parfois dans les jours suivants le traitement, des diarrhées peuvent survenir: adaptez votre alimentation.
  • Quelques petits conseils peuvent être utiles (à adapter en fonction de la sévérité de la diarrhée) :
    • Ne pas oublier de boire suffisamment: eau, thé ou café léger, tisane, eau minérale bicarbonatée (sauf contre-indication), sirop (pas de jus de fruits), boissons type coca-cola;
    • Adopter une alimentation adaptée à un épisode diarrhéique: pas de sauces ni graisses cuites, plutôt du riz, semoule, tapioca, nouilles, moins fréquemment des pommes de terre cuites à l’eau ou à la vapeur, avec de la viande tendre ou poisson grillé; légumes uniquement en bouillon. Si diarrhée importante seule l’eau de cuisson sera consommée; fruits; pas de fruits crus (irritants pour l’intestin), seulement après cuisson: pommes, poires, coings cuits et homogénéisés (petits pots bébé); flan gélifié en fonction de la tolérance; biscottes ou pain grillé, biscuits secs.

Si les selles liquides étaient trop importantes ou duraient trop longtemps, prévenez votre médecin.
Il faudra malgré tout continuer à être hydraté.

Nausées et vomissements sont rares.

Si vous constatez un trouble qui n’est pas mentionné dans cette fiche, parlez en à votre médecin.